Diagnostic

L’urbanisme, qui consiste à réfléchir l’organisation globale de l’espace construit (qu’il soit urbain ou rural, dans le cas de la Haute-Mayenne), et l’énergie, du point de vue de sa production comme de sa consommation, sont deux aspects étroitement liés. Pendant que l’urbanisme a un impact sur la consommation énergétique des habitants, les nouveaux enjeux énergétiques influencent les choix urbanistiques.

 

URBANISME => ÉNERGIE*

Certains aménagements en Haute-Mayenne, de par leur situation géographique, se révèlent être fortement consommateurs en énergie. Conjointement au développement d’une vision fonctionnaliste de l’urbanisme (séparer les fonctions de résidence, du travail, de la circulation,…), le développement de l’automobile a fortement influencé les choix d’aménagement au sein des territoires comme la Haute Mayenne.

Par exemple, selon les habitants, l’éloignement de certains lotissements par rapport aux différents lieux de travail, de consommation, de loisirs, couplé avec une faible présence des transports en communs (tant en trajet qu’en fréquence) encourage l’usage quotidien de la voiture individuelle. Il est à noter également que les habitudes de vie des habitants renforcent cette utilisation énergivore et polluante.

Les infrastructures résultant de l’étalement urbain*, quant à elles, entraînent une extension des réseaux d’électricité, de télécommunication, d’eau, du tout à l’égout, de la voirie, vecteurs d’une plus grande consommation énergétique.

Qu’en dites-vous?


«Tant que les gens voudront à tout prix une grande maison et un grand terrain, on ne s’en sortira pas, il faut qu’il y ait un changement des mentalités!»


«On fait venir un grand Super U.»


Des questions?!


> Quels sont les solutions existantes pour penser un urbanisme (des habitats et des activités) moins énergivore tout en restant attractif ?


> Comment penser les lotissements existants (et à venir) ainsi que leurs liaisons avec les services, afin de diminuer leurs impacts énergétiques ?


> Comment penser des zones d’activités et leurs liaisons, afin de les rendre attractives car économiques / économes et agréables ?


> Comment concilier l’imaginaire des habitants lié à la campagne [espace et prix du foncier permettant de construire plus facilement des maisons individuelles avec (grand) jardin] et la limitation des impacts énergétiques ?



ÉNERGIE* => URBANISME
 
Ainsi, si certains aménagements urbains influent sur les dépenses énergétiques, à l’inverse, les enjeux liés à l’énergie ont un impact sur les nouveaux partis pris d’organisation de la ville. Au vu de ce que l’on constate dans le paragraphe précédent, il semble important de considérer en amont, l’impact énergétique de certaines propositions d’aménagement. C’est déjà souvent le cas, notamment, par ce qu’implique les préconisations du Grenelle de l’environnement.

Il reste important de noter que le rapprochement des différentes fonctions limitant l’utilisation de la voiture, le développement de voies cyclables, mais aussi l’intégration des futures infrastructures de production d’énergie renouvelable, par exemple, doivent être désormais réfléchies dans l’écriture des nouveaux PLU.

 
Cela peut aussi répondre à une modification progressive des modes de vie en lien avec le contexte économique actuel. En effet, à Mayenne par exemple, on remarque que certaines familles en situation précaires reviennent s’installer vers le centre-ville afin de limiter les dépenses liées au transport...


Des questions?!


> Comment concilier les modes de vie actuels des habitants, la création de nouveaux aménagements et les économies énergétiques?


> Pour penser les transformations des villes et villages dans l’avenir, doit-on miser sur un changement des habitudes des citoyens ou au contraire s’adapter aux modes de vie actuels en tentant de les allier aux nouveaux enjeux énergétiques?



ENJEUX :

 

Socio-cuturels
> Concourir à l’adaptation de certaines habitudes de vie aux priorités énergétiques. Penser les aménagements futurs en fonction de l’évolution des modes de vie.

Environnementaux
> Limiter le réchauffement climatique.

 


Economiques
> Réduire les coûts énergétiques par habitant et par commune. Anticiper les coûts énergétiques futurs et leurs impacts via l’aménagement, afin de limiter les risques de fracture énergétique.

Liés à la gouvernance
>  Intégrer les contraintes énergétiques à l’écriture de nouveaux documents d’urbanisme: du point de vue de la production (éolienne, nucléaire, etc.) comme de la consommation (transport, etc.). Accompagner les changements urbanistiques liés à l’énergie en sensibilisant les différents publics: habitants, élus, professionnels, etc.


Diagnoctic
Cliquez sur le lien et téléchargez les pages sur l'Energie(s)
URBANISME_Energie.pdf
Document Adobe Acrobat 1.3 MB

(Pour affiner les résultats, ajoutez des guillemets au début et à la fin de votre recherche).

 Ce site est géré par l'équipe du Conseil de développement de Haute-Mayenne.

 

Partagez !

 

Avec le soutien de:

[cliquez sur les logos pour les agrandir]