Diagnostic

Le rapport qu’entretient un bâtiment, quelque soit sa taille et sa fonction, avec son environnement immédiat à une incidence importante sur la perception globale que l’on a du lieu dans lequel il se situe. Les interfaces entre le bâtiment en question et son voisinage sont multiples. Il peut s’agir d’un rapport d’échelle, de forme, de style, qui peuvent passer par la taille du bâtiment, sa position, le dessin de la façade, le traitement des proches abords, etc. Quoiqu’il en soit ce rapport de l’objet construit à son contexte participe, ou non, à la perception positive que l’on peut avoir du paysage.

 

QUARTIER, ENVIRONNEMENT PROCHE

Le fait que des bâtiments soient ou non du même «style» au sein du même quartier, hameau, bourg, etc. modifie la perception que les habitants peuvent avoir de celui-ci. Leurs points communs, ou au contraire leurs dissemblances peuvent être de natures diverses : différence de fonction, de taille, d’époque de construction, de choix des matériaux, ou tout simplement de goût des propriétaires. Pour le passant (qu’il soit régulier ou exceptionnel), cela pourra générer une sensation d’harmonie, d’originalité, de chaleur, ou au contraire de dissonance, de désordre, etc.

Qu’en dites-vous?
« Ces nouveaux lotissement ne représentent pas la Haute-Mayenne »

Des questions?!


>  Sur quels critères se basent les contraintes d’ordre « esthétiques » données pour la construction ou la rénovation d’un bâtiment ? Se rapproche-t-on par là de l’idée d’une identité architecturale mayennaise ?

>  Est-ce que dans ce cas, cela représente ou nom des freins à l’expérimentation, à l’innovation, etc.?


>  Comment harmoniser volonté individuelle et identité architecturale du territoire ?


>  Dans quelle mesure ces textes entravent la liberté d’expression des habitants qui ne peuvent plus construire la « maison de leur rêve », au nom d’un intérêt collectif, d’une esthétique partagée qui s’avère souvent discutable ?


>  Doit-on chercher l’harmonie, à travers des bâtiments qui se ressemblent, ou bien ouvrir le paysage à des dissemblances qui pourraient refléter une certaine forme de diversité des habitants, et de leurs origines, goûts, pratiques ?


>  Comment gérer le dialogue entre des formes urbaines contemporaines et les ensembles architecturaux déjà existants ?

FAÇADES, ENVELOPPES

Les façades, et enveloppes des bâtiments en général (qui peuvent aussi inclure le toit), sont la principale interface entre celui-ci et la rue. Elles peuvent, ou non, refléter la fonction du bâtiment à l’extérieur. Il arrive qu’elles servent de décors «pittoresques» à un bâtiment moderne qui n’aurait aucun intérêt en soi.



En fonction des époques, des styles, la façade a pris une place plus ou moins importante dans la conception d’un bâtiment. Elle reste, de toute façon, le point d’interface entre l’extérieur et l’intérieur, entre le public et l’intime.

Des questions?!


> Est-ce que nos façades reflètent nos modes de vie ? Est-ce que dans ce cas elles doivent évoluer avec ceux-ci ?


> L’ambiance ressentie dans une rue dépend-elle des contraintes imposées à ses habitants dans le traitement de leurs façades ?


> Comment les façades industrielles, agricoles, etc., qui répondent souvent uniquement à la fonction qu’elles renferment, peuvent s’intégrer aux paysages alentours, voire participer à la valorisation du quartier dans lequel elles s’intègrent?

JARDINS D’AGRÉMENT

Les jardins qui entourent les maisons (surtout en milieu rural, et particulièrement en Haute Mayenne, où les habitants donnent une place importante à ce qu’ils nomment le « terrain » dans le choix de leur lieu de vie) prennent une place importante dans l’intégration du bâti dans le paysage.

 

D’un point de vue esthétique d’une part, mais aussi écologique : les haies* monospécifiques de laurier et de thuya, notamment,  importées et adoptées dans les années 70 pour leurs qualités (persistance, …) sont aujourd’hui considérées comme de véritables ennemis pour la biodiversité*.

 

De même, le choix des plantations au sein du jardin, (qu’il soit ornemental ou potager d’ailleurs) participe à l’intégration de l’espace privé dans son environnement.

Qu’en dites-vous?
«les gens peuvent arrêter de planter toutes ces fleurs qu’ils achètent en jardinerie et qu’il faut arroser sans cesse, et qui crèvent en une année»
«c’est moche, pourquoi on plante pas plutôt des belles haies champêtres avec des espèces d’ici?»

Des questions?!


> Qu’est-ce qui fait d’un jardin, un beau jardin ?


> Comment peut-on allier la densification* des centre-bourgs tout en s’accordant avec ce désir d’espace vert à soi, formulé par les habitants, particulièrement en milieu rural ?


> Comment encourager l’utilisation d’espèces locales (noisetier, charme, néflier, poirier, tilleul, etc.) qui peuvent permettre d’inscrire les haies* privées, et donc les habitations qu’elles entourent dans l’identité bocagère du territoire ?


> Si tout le monde se met à utiliser les mêmes espèces, notamment pour leur qualité environnementale, ne va-t-on pas perdre l’intérêt de la diversité des traitements extérieurs, qui peut participer à rendre un quartier « vivant » quand on s’y promène ?


ENJEUX :

 

Socio-cuturels
> Promouvoir l’identité architecturale du territoire, tout en laissant à chacun la liberté de s’approprier son espace de vie et d’y exprimer sa propre personnalité.

Environnementaux
> Interroger le rapport qu’entretient le bâti avec son environnement. Favoriser la prise en compte de la biodiversité dans les jardins.

 

 

Economiques
> Prendre en compte l’impact qu’un bâtiment peut avoir sur son environnement et ainsi participer à l’attractivité du territoire : ville, bourg, hameau, etc.

Liés à la gouvernance
>  Trouver un équilibre entre des réglementations qui visent à harmoniser visuellement l’impact du bâti sur un territoire et des espaces de liberté suffisants pour que les habitants eux-mêmes puissent continuer à construire l’identité locale.


Diagnostic
Cliquez sur le lien et téléchargez les pages sur l'architecture et le rapport au contexte.
ARCHITECTURE_RapportAuContexte.pdf
Document Adobe Acrobat 1.3 MB

(Pour affiner les résultats, ajoutez des guillemets au début et à la fin de votre recherche).

 Ce site est géré par l'équipe du Conseil de développement de Haute-Mayenne.

 

Partagez !

 

Avec le soutien de:

[cliquez sur les logos pour les agrandir]