Diagnostic

A l’heure actuelle, parler de formes émergentes en architecture revient souvent à évoquer des pratiques anciennes, ré-adaptées aux modes de vie contemporains, et qui cherchent, la plupart du temps, à replacer l’Homme (l’habitant) au cœur des démarches de conception. Si on peut parler d’innovations techniques au sein même de ces nouvelles pratiques, elles ne sont pas centrales. C’est l’innovation sociale qui prime le plus souvent, mais qui peut aussi avoir une incidence directe sur les « objets construits » ainsi générés.

 

ECO-CONSTRUCTION, AUTO-CONSTRUCTION

L’auto-construction a toujours existé. Pourtant, on note ces dernières années une mise en avant de ces pratiques, notamment pour la construction de maisons bio-climatiques.

 

Ces démarches sont réservées à la construction privée, et s’articulent souvent autour d’échanges de techniques et de savoir-faire qui ont lieu au cours de chantiers participatifs ouverts à tous. Ainsi, c’est en participant à la construction (ou rénovation) de la maison des autres qu’on acquiert les compétences nécessaires à son propre chantier.

 

En Haute-Mayenne, il n’est pas rare que certains artisans du réseau éco-construction 53 se joignent à ce type d’initiatives.

Des questions?!


> Quels moyens existent-ils d’intégrer ce type de réseau et ainsi de mettre en place un chantier participatif chez soi ?


> Comment peut-on s’assurer que des compétences réelles des participants?


> Des architectes se mêlent-ils à ce type de démarches ? Est-ce qu’on peut imaginer qu’ils soient maîtres d’œuvre de chantiers de ce genre (au vu de la responsabilité décennale notamment)?


> Cela va-t-il à l’encontre des filières économiques traditionnelles du bâtiment?

ARCHITECTURE ET MOBILITÉ: NOUVEAUX NOMADISMES

Les approches contemporaines du nomadisme peuvent être multiples. Quand on l’évoque par ici, la plupart du temps, on pense aux peuples auxquels on rattache (souvent à tort) la mobilité comme élément fondateur de leur identité culturelle, comme mode de vie ancestral.


 Il existe aussi des habitants qui choisissent tardivement ce mode de vie, qui choisissent de n’avoir pas de lieu fixe de vie, pour des raisons qui peuvent être liées à des idéologies, à leur métier, ou aux contraintes trop lourdes imposées par les habitats en « dur ».

 

C’est ainsi qu’on a vu pousser ces dernières années, en Haute-Mayenne, quelques champs de yourts, roulottes et autres habitats mobiles.

 

Quelques soient l’origine de leur existence, ou la forme qu’ils prennent, les habitats nomades modifient nos paysages, et nous encouragent à ne pas considérer l’architecture que dans ces formes fixes.



Des questions?!


> Quels impacts ces formes architecturales ont sur nos paysages ? Quels rapports entretiennent-elles avec les constructions « fixes » déjà présentes ?


> Comment accompager ces habitants «de passage» dans leur participation à la vie locale ?


> Comment ces habitants, qui la plupart du temps ne paient aucune taxe foncière, peuvent-ils participer au développement économique du territoire? Si ces modes de vie alternatifs sont valorisés, ne pourraient-ils pas favoriser l’attractivité (ex: formations, tourismes, nouveaux secteurs économiques de constructions, etc.) ?


> Ces architectures nomades sont-elles sources d’innovation techniques qui seraient réutilisables dans d’autre domaine ?


> Ces modes de vie, et les formes d’habitat qu’elles impliquent peuvent-ils servir de plateformes d’expérimentation sur de nouvelles réglementation adaptées à ces nouvelles pratiques ?

CHANTIERS OUVERTS: ARCHI PARTICIPATIVE

La « participation citoyenne » a le vent en poupe, et ce type de démarches fleurit aussi en architecture. Il existe aujourd’hui de plus en plus d’initiatives qui cherchent à impliquer les habitants dans la conception, mais aussi dans la construction des espaces publics.

 

Il peut s’agir de constructions pérennes ou éphémères, qui ont toujours pour objectif de rendre l’habitant acteur de son cadre de vie.

 

Ainsi les habitants, sont invités, pour un temps plus ou moins long à réfléchir sur un espace à transformer, à proposer des interventions et à construire eux-mêmes les idées retenus.

 

Nées pour la plupart dans les grandes agglomérations, ces initiatives (émanant le plus souvent de collectifs pluridisciplinaires: architectes, urbanistes, paysagistes, géographes, sociologues, artistes, etc.) commencent à fleurir en milieu rural, et pourraient modifier nos paysages en donnant naissance à des espaces de vie « différents ».

Des questions?!


> Comment les habitants peuvent-ils être avertis de la mise en place de tels chantiers, et quelles sont les conditions pour y participer ? Qui peut-être à l’initiative de ce type de démarches dans nos espaces ruraux ? Existe-t-il des collectifs de ce type en Haute-Mayenne ?


> Comment valoriser ces initiatives?


> Quels sont les limites de l’expertise habitante? Ces projets participatifs apportent-ils réellement une plus-value aux espaces créés? L’intervention d’une agence d’urbanisme, d’architecture, ou de paysage aurait-elle été aussi bénéfique?


> Dans quelles mesures ces expérimentations, quand elles sont éphémères, peuvent avoir une incidence sur les projets urbains qui seront mis en place dans certaines communes ?


ENJEUX :

 

Socio-cuturels
> Intégrer les initiatives nouvelles, dites alternatives, à l’histoire architecturale du territoire. Participer à leur intégration dans le paysage culturel de la Haute-Mayenne afin de souligner le caractère innovant du territoire.

Environnementaux
> Valoriser les préoccupations économiques, environnementales et sociales à l’origine de la plupart de ces formes émergentes.

 

 

 

Economiques
> Considérer ces pratiques comme des leviers potentiels du développement local. D’une part en tant que nouvelles plateformes d’innovation, d’autre part parce qu’elles participent à l’attractivité du territoire.

Liés à la gouvernance
>  Ouvrir des espaces d’expérimentations dans lesquels on reconsidère les modes de vie contemporains et l’implication des habitants dans la transformation de leur cadre de vie.


Diagnostic
Cliquez sur le lien et téléchargez les pages sur les formes émergentes.
ARCHITECTURE_FormesEmergentes.pdf
Document Adobe Acrobat 1.3 MB

(Pour affiner les résultats, ajoutez des guillemets au début et à la fin de votre recherche).

 Ce site est géré par l'équipe du Conseil de développement de Haute-Mayenne.

 

Partagez !

 

Avec le soutien de:

[cliquez sur les logos pour les agrandir]